L’Antarctique est une région capitale. Et pour cause : ce continent de glace concentre à lui seul 70% des réserves d’eau douce de la planète. Malheureusement, le réchauffement climatique accélère sa fonte, entraînant un dérèglement de l’écosystème qui le compose. On estime en effet qu’au cours des dernières décennies, l’Antarctique a perdu plus de 15% de son épaisseur totale.

Plus que jamais, il est donc important de sensibiliser les populations à la protection de l’Antarctique et aux espèces animales qui y vivent, à l’instar du célèbre manchot. Cet animal emblématique des régions polaires est devenu le “fer de lance” de la nouvelle campagne de sensibilisation lancée par l’association Greenpeace. L’idée : faire apparaître des manchots en papier dans différentes villes du monde (Londres, Sydney, Washington, Séoul, Stockholm, Barcelone, New Dehli, Buenos Aires, Johannesburg, Istanbul ou encore Oslo), le tout relayé à travers un projet photo insolite baptisé “March of the Penguins”.

Crédits : Jana Eriksson / Greenpeace

À chaque fois, le manchot est représenté avec une petite valise, comme s’il avait dû quitter son environnement naturel pour survivre. Une opération à la fois subtile et pertinente qui veut nous sensibiliser aux conséquences terribles du réchauffement climatique, mais également à celle de la pêche intensive qui perturbe également l’écosystème naturel.

Dans la même thématique, nous vous proposons également de découvrir cette autre opération de Greenpeace qui parodiait les méchants célèbres du cinéma pour sensibiliser aux conséquences de l’élevage industriel.

Crédits : Bente Stachowske / Greenpeace

Crédits : Bente Stachowske / Greenpeace

Crédits : Martin Katz / Greenpeace

Crédits : Will Rose / Greenpeace

Crédits : Will Rose / Greenpeace

Crédits : Tim Aubry / Greenpeace

Crédits : David Jaemin Byun / Greenpeace

Crédits : Greenpeace

Crédits : David Jaemin Byun / Greenpeace

Crédits : Zoe Jeanne Burrell / Greenpeace

Crédits : Ana Jimenez / Greenpeace

Crédits : Bente Stachowske / Greenpeace

Crédits : Greenpeace

Crédits : Bente Stachowske / Greenpeace

Crédits : Will Rose / Greenpeace

Imaginé par : Greenpeace
Source : ufunk.net