Le logo officiel de l’ONU remodelé avec les conséquences de la montée des eaux

Alors que la COP28 (Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques) se déroulait du 30 novembre au 12 décembre à Dubaï, des designers de l’agence Publicis Norway ont eu l’idée de redéfinir le logo de l’ONU, inchangé depuis 78 ans.

Le logo de l’organisation qui se caractérise par une carte du monde encerclé par une couronne de branches d’olivier a ainsi été quelque peu repensé d’après les projections annoncées concernant l’élévation du niveau de la mer.

Concrètement, les côtes des continents ont été réduites et remodelées tandis que certains pays ont définitivement été supprimés de la carte à l’image des Maldives et d’une grande partie des Bahamas.

De plus, plusieurs villes ont également été ensevelies par les eaux au point d’être rayées du globe comme Calcutta en Inde, Bangkok en Thaïlande, Alexandrie en Égypte mais aussi Amsterdam et Rotterdam aux Pays-Bas.

Une opération de sensibilisation qui vise à éveiller les consciences sur un sujet important et loin d’être hypothétique comme l’a précisé l’un des créatifs de l’agence, Ole Andreas Finseth. Pour en savoir plus sur le projet, vous pouvez vous rendre sur le site theclimatechangedlogo.com créé pour l’occasion.

Une initiative qui nous rappelle d’ailleurs beaucoup ce canapé conçu par l’agence Mother pour faire face… à la montée des eaux.

Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway
Crédits : Publicis Norway

S’abonner
Notifier de
guest

3 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
MatMat
MatMat
2 mois il y a

lol ! J’ai ri ! 🙂
En 1990, le GIEC annonçait 30cm (dans le meilleur des cas) à 50cm de montée des eaux d’ici 2030, on en est à 3cm… 😀

trackback

[…] Creapils […]

Cuisiniste Rouen
2 mois il y a

La vidéo est très parlante avec la suppression des noms des villes.

On n’imagine pas vraiment ce que cela va impliquer pour des millions de personnes sur le long terme car ce n’est qu’un début.