Imaginez un monde improbable où tout est en double, comme dans un miroir étrange. Un monde où être unique n’est pas convenable et où l’on se doit de se conformer aux règles établies : on pourrait même y voir une belle métaphore du monde actuel, où parfois, sortir du lot n’est pas très bien vu. Et bien, c’est tout le sujet de ce superbe court-métrage, mettant en lumière les jumeaux ; mais aussi, on pourrait le supposer, l’humanité et son intolérance.

Le pitch ? Deux frères sont au bord de la noyade, lorsque deux dieux jumeaux les sauvent. De même, les dieux leur offrent deux îles identiques, Twin Island Est et Twin Island Ouest, que chaque frère doit gouverner. La seule règle : tout doit y rester symétrique et par conséquent, tout doit y être en double. Mais un jour, la reine de Twin Island Ouest n’accouche que d’un seul enfant, au grand désespoir de son époux … On ne voudrait pas vous spoiler, alors on se tait, et on vous laisse tout regarder !

Datant tout juste de 2017, Twin Islands est un film de fin d’études ; celui des élèves de Supinfocom, à Valenciennes. Réalisé par Manon Sailly, Lara Cochetel, Raphaël Huot, Christine Jaudoin, Charlotte Sarfati et Fanny Teisson, Twin Islands est l’aboutissement d’à peu près 5 ans d’apprentissage du métier, une véritable réussite pour ces animateurs en herbe qui ont de l’avenir !

Avec sa direction artistique ultra-propre et ses character designs qui sortent du lot, ce petit court-métrage d’étudiants se démarque par sa technique et son originalité ! Que cela soit la palette de couleurs, les décors ou même la musique, tout est sublime. Une bouffée d’air frais dans le paysage de l’animation française, qui a tendance à être un peu trop “pixarisée”. En tout cas, nous, on adore !

Après avoir fait le tour du monde des festivals dédiés, le court-métrage vient enfin d’être dévoilé au grand public, accessible enfin sur Internet. Avec de nombreuses nominations dans tous ces festivals, ce petit film a beaucoup fait parler de lui ! Le bébé d’une équipe de (seulement) six jeunes talents qui n’en sont, pourtant, juste qu’à leurs débuts. Impressionnant, non ?

Crédits : Supinfocom

Crédits : Supinfocom

Crédits : Supinfocom

Crédits : Supinfocom

Crédits : Supinfocom

Crédits : Supinfocom

Imaginé par : Supinfocom (Valenciennes)
Source : vimeo.com

Vous aimerez aussi