Sarco : des capsules de suicide assisté bientôt légalisées en Suisse

Rendez votre marque créative avec Creapills Lab. Découvrez nos solutions pour les entreprises en quête de créativité dans leur stratégie de communication & marketing. cliquez ici

Depuis plusieurs années, le débat concernant l’euthanasie divise dans presque tous les pays. Si cette pratique consistant en un suicide assisté est majoritairement interdite à l’échelle internationale, quelques pays européens l’autorisent à l’image des Pays-Bas, de la Suisse, de la Belgique ou encore du Luxembourg.

Si l’ingestion de solutions médicamenteuses est le recours le plus courant, la Suisse s’apprêterait à légaliser l’utilisation de capsules d’euthanasie baptisées Sarco Capsule, le diminutif de sarcophage.

Créés par le Dr. Philip Nitschke, ces coffres ressemblant à des cercueils vont permettre aux personnes souffrant de maladies incurables et en phase terminale de pratiquer un suicide assisté sans la présence d’un médecin. La capsule portable va ainsi pouvoir être implantée à l’endroit choisi par la personne souhaitant mourir.

“Mourir ne devrait pas être quelque chose qu’on fait secrètement dans une pièce cachée”

Dr. Philip Nitschke

Pour cela, la personne va déclencher le processus une fois qu’elle sera installée à l’intérieur de la dosette. L’oxygène va petit à petit diminuer passant rapidement de 21% à 1% et être remplacé par de l’azote qui lui fera perdre conscience sans risque d’étouffement ni de panique. La mort est ainsi provoquée en 30 secondes par hypoxie et hypocapnie dûe au manque d’oxygène et de dioxyde de carbone. La capsule, imprimée en 3D, sera ensuite détachée de sa structure pour conserver la personne décédée à l’intérieur.

Dans un premier temps, les Sarco Capsules ne seront accessibles qu’aux personnes de plus de 50 ans présentant des signes de dépression et de maladies mentales après avoir passé un examen témoignant qu’elles sont pleinement conscientes de leur choix et de sa finalité.

Les premières capsules devraient être utilisées dès 2022 et l’entreprise australienne Exit International, qui les commercialise, espère développer la production de la machine à l’international en partageant ses plans de fabrication, bien que l’on ne doute pas de la controverse qu’elles risquent de susciter. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site officiel de Sarco.

Et pour aller plus loin dans les innovations autour de la mort, nous vous parlions il y a tout juste un an de Loop : le cercueil à base de champignons qui transforme votre corps en compost.

Crédits : Exit international
Crédits : Exit international
Crédits : Exit international
Crédits : Exit international
Crédits : Exit international
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Nana
Nana
11 jours il y a

Je le vois comme une très belle idée mais malheureusement ça ne passera jamais.
La mort est déjà un sujet tabou, le suicide encore plus.
Par ailleurs ce sera une mort probablement réservée aux riches, voir très riches
Ce serai pourtant un ultime soulagement pour les personnes qui souhaitent en finir, pouvoir partir calmement, dignement.

PourToutAFaitPour
PourToutAFaitPour
1 mois il y a

Idée géniale et très attendue pour ma part ! J’espère juste que cette solution de tout dernier ressort sera abordable… que ce ne sera pas encore une fois la dignité réservée aux riches.

Anthony
Anthony
1 mois il y a

Sarco, ils sont sûr pour le nom ?

Said
Said
1 mois il y a

Pas mal ça, j’espère qu’on y aura accès sans vaccin

Ro My
Ro My
1 mois il y a

tout à fait d’accord, on doit pouvoir choisir sa mort et partir dignement! Tout le reste est de l’hypocrisie!

Bertou
Bertou
1 mois il y a

Une idée qui me plait