Ce commerçant a installé un plafond de verre pour que ses chats le regardent travailler

Les chats sont de nature très curieuse et adorent surveiller leurs maîtres entre deux siestes. De quoi inspirer un commerçant taïwanais dont les petits travaux dans sa boutique ont connu un étonnant succès viral sur Twitter.

Le 23 octobre dernier, l’utilisateur @SCMcrocodile a en effet partagé sur son compte 3 photos amusantes de la boutique d’un ami qui a eu l’idée d’installer des panneaux de verre au plafond, offrant la vue sur ce qui semble être un grenier.

L’idée ? Permettre à ses chats, qu’il amène toujours avec lui, d’être dans un espace tranquille avec le luxe de pouvoir observer ses faits et gestes comme ils aiment tant. Et évidemment, pour les clients le résultat est très amusant puisque les animaux s’étalent contre la vitre pour regarder le passage, donnant l’illusion de caméras de surveillance mignonnes qui observent les déplacements.

En seulement 3 jours, la petite idée de ce commerçant a fait le tour du web. Le tweet de son ami (voir ci-dessus) a été partagé plus de 70 000 fois pour 182 000 favoris et de nombreux médias s’en font déjà le relais. Comme quoi à notre époque, les petites idées peuvent être les plus impactantes ! Et pour ma part, ça me rappelle aussi le projet créatif du photographe lituanien Andrius Burba qui s’amuse… à photographier les chats sur des plaques de verre.

Ce commerçant a installer un plafond de verre pour que ses chats le regardent travailler
Crédits : SCMcrocodile (Twitter)
Ce commerçant a installer un plafond de verre pour que ses chats le regardent travailler
Crédits : SCMcrocodile (Twitter)
Ce commerçant a installer un plafond de verre pour que ses chats le regardent travailler
Crédits : SCMcrocodile (Twitter)
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Francine Miller
Francine Miller
4 mois il y a

Très bonne idée.

Eric BENOIT GRANDIERE
Eric BENOIT GRANDIERE
4 mois il y a

Les chats ne surveille pas leur maître mais leur esclave