Un Parthénon constitué de 100 000 livres interdits pour protester contre la censure

Écrit par Creapills

En Allemagne, l’artiste Marta Minujin a érigé une oeuvre d’art impressionnante pour protester contre la censure culturelle dans l’Histoire et dans le monde d’aujourd’hui.

En 1933, en Allemagne, le régime nazi a brûlé des dizaines de milliers de livres à Berlin et dans 21 autres villes du pays. L’objectif de ces autodafés : présenter la “culture interdite” et augmenter le sentiment d’insécurité des minorités avant les persécutions. Bien des années plus tard, l’artiste Marta Minujin a décidé de rendre hommage à la culture en protestant contre la censure.

Et pour parvenir à ses fins, elle a “tout simplement” imaginé un immense Parthénon constitué de 100 000 livres interdits à travers le monde sur les lieux d’un autodafé dans la ville de Cassel au centre de l’Allemagne. L’installation a vu le jour dans le cadre du festival Documenta 14. Elle a mobilisé le soutien de 19 étudiants de l’université de Cassel qui ont contribué à identifier les ouvrages censurés dans dans le monde  et à construire cet immense monument.

Parmi les ouvrages censurés dans le monde d’aujourd’hui ou dans l’Histoire, on découvre par exemple La BibleLes Fleurs du Mal de Baudelaire ou plus récemment encore… Cinquante nuances de Grey ! Une oeuvre architecturale surprenante et impressionnante qui s’érige comme un véritable symbole face à la censure culturelle. Et le fait d’avoir construit un Parthénon n’est pas anodin, puisqu’il s’agit en Grèce comme dans le monde du symbole de la démocratie.


Imaginé par Marta Minujin
Source dezeen.com

Abonnez-vous à la newsletter créative !
Recevez chaque matin les 4 meilleures pilules créatives du jour.

À propos

Creapills

Creapills détecte et partage les meilleures idées créatives et innovations marketing ainsi que les actualités du monde de la créativité pour vous inspirer au quotidien.