À 97 ans, il sauve son petit village de la destruction en le peignant de toutes les couleurs

Des histoires aussi inspirantes que celle-ci, on vous prévient de suite : on n’en voit pas tous les jours. Aujourd’hui, nous allons vous raconter l’aventure de Huang, un papy de 97 ans, qui a réussi à sauver son village de la destruction grâce à … ses peintures ! En recouvrant entièrement les habitations de couleurs bariolées, ce vieil homme prouve que la persévérance vaut toujours le coup.

Il y a un peu plus de 10 ans, Huang Yung-Fu a fait face à un dilemme. À l’époque, son village a été menacé d’être détruit par le gouvernement taïwanais dans le but d’y construire une multitude d’immeubles modernes, puisque Huang en était le tout dernier résident. Afin de le convaincre de faire ses valises, ils lui ont même proposé de l’argent. Mais alors âgé de 86 ans, Huang ne supportait pas la pensée de quitter sa maison. C’est à ce moment qu’il a commencé à peindre !

Huang, aujourd’hui appelé affectueusement “Rainbow Grandpa” (Papy Arc-en-ciel), est pourtant né en Chine. Après avoir combattu dans la guerre sino-japonaise mais aussi la Deuxième Guerre mondiale, il s’est également battu pour le parti nationaliste, contre le gouvernement communiste de Mao Zedong. Mais lorsque les nationalistes ont perdu, lui et 2 autres millions de personnes ont fui à Taiwan. C’est là-bas qu’il a été accueilli dans un petit village, tout juste construit à partir de rien, bâti pour les familles réfugiées et les membres militaires. Ce qui était censé n’être qu’une solution temporaire est finalement devenu sa maison.

Alors 40 ans plus tard, il est bien normal que cela lui ait fait un choc d’apprendre qu’on voulait détruire son endroit de vie. “Lorsque je suis arrivé ici, le village avait 1200 foyers et nous étions tous comme une seule grande famille”, explique Huang. “Mais plus tard, beaucoup ont déménagé et d’autres sont décédés, et je me suis retrouvé seul.” Avec nulle part où aller, il s’est tourné vers l’art pour soulager sa douleur, comme un refuge.

Crédits : Asiastock/Shutterstock

Tout d’abord, il a peint un petit oiseau sur son bungalow. Puis, il a continué avec des chats, d’autres animaux et des personnes ont commencé à venir flâner dans les maisons vides du village. Et en 2010, un étudiant d’une université locale a découvert le petit village et après avoir entendu l’histoire d’Huang, s’est porté volontaire pour l’aider. Il a pris de nombreuses photos du village et a créé une campagne de financement ainsi qu’une pétition pour le sauver de la destruction.

Crédits : Phuong D. Nguyen/Shutterstock

La nouvelle est rapidement devenue virale et “Papy Arc-en-ciel” était né. Capturant le cœur de la nation, le village coloré est devenu un énorme aimant à touristes et continue à l’heure actuelle d’amener plus d’un million de visiteurs par an. Et le mieux dans tout ça ? Huang a pu garder sa maison !

Le gouvernement m’a promis qu’ils garderaient cette maison et ce village. Je suis heureux et très reconnaissant.

Une belle initiative, créative et amusante, qui démontre qu’il ne faut jamais baisser les bras et se battre pour ses convictions. Alors, un grand bravo à Papy Arc-en-ciel !

Crédits : pedphoto36pm/Shutterstock
Crédits : Asiastock/Shutterstock
Crédits : Asiastock/Shutterstock
Crédits : Asiastock/Shutterstock
Crédits : Asiastock/Shutterstock
Crédits : Ronnie Chua/Shutterstock
Crédits : Phuong D. Nguyen/Shutterstock
Crédits : Phuong D. Nguyen/Shutterstock

Imaginé par : Huang Yung-Fu
Source : mymodernmet.com

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Avec plus de 3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux et 1,5 million de visiteurs uniques par mois, Creapills est le site francophone de référence sur la créativité.

Retrouvez chaque jour des idées inspirantes dans tous les domaines : marketing, arts, technologie et social.

Pour nous contacter, en savoir plus sur notre vision et nos services : cliquez ici.