Greenpeace expose des emballages plastiques jetés en mer il y a plus de 50 ans

En observant ces emballages plastiques quasiment intacts, difficile de croire que certains ont été jetés à l’eau il y a plus de 50 ans, bien que leurs emballages rétro puissent nous mettre la puce à l’oreille. Et c’est justement ce que tient à souligner Greenpeace dans sa dernière campagne en exposant ces détritus datant du siècle dernier.

Pour cette opération marketing baptisée “Plastic is Back” réalisée avec l’agence Ogilvy Pays-Bas, Greenpeace a ainsi détourné les emballages en les mettant fictivement en vente sur une boutique en ligne. Objectif : démontrer à quel point le plastique peut résister dans le temps et appuyer sur son impact évident sur les espaces marins.

Depuis de nombreuses années, l’ONG lutte contre la pollution plastique. Avec des prises de parole du genre, elle cherche à sensibiliser contre l’usage du plastique à usage unique, nous inciter à changer notre façon de consommer et influencer les industriels. Pour découvrir la boutique en ligne fictive et en savoir plus sur cette opération marketing, rendez-vous sur le site de Greenpeace.

Les emballages plastiques récupérés par Greenpeace

Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
Crédits : Greenpeace
S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Herbert
Herbert
6 mois il y a

C’est cool de se dire qu’on peut les ramasser car ces plastiques ne sont pas juste désagrégés pour qu’on ne les voit plus comme les nouveaux biodégradables qui finissent en microparticules invisibles à l’oeil pour ne pas que l’on voit leur présence