Déconfinement : des dentistes à poil pour alerter sur la pénurie de masques

Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, des photographies de dentistes à poil apparaissent. Une initiative insolite lancée avec le hashtag #Dentisteapoil pour alerter le gouvernement sur leurs conditions de travail : à l’approche du déconfinement, ces derniers n’ont presque plus de masques ou de gants pour se protéger.

Contraints de suspendre leur activité en mars dernier, les dentistes ont cédé leurs kits de protection aux personnels soignants des hôpitaux ou encore aux maisons de retraite. Mais le 11 mai prochain, ces professionnels vont rouvrir leur cabinet. Résultat : certains n’ont plus d’équipement pour se protéger risquant ainsi une continuité dans la propagation du virus.

Le ministre de la Santé Olivier Véran leur a pourtant promis 150 000 masques. Mais la proposition semble dérisoire face aux 42 000 chirurgiens dentistes en France. Interrogée par France Inter, Julie Zerbib, dentiste à Paris, s’étonne : “150 000 masques, ça fait quatre masques par praticien ! Aujourd’hui, on est à poil pour soigner !”.

Alors pour alerter l’opinion publique, les médias et le gouvernement, des dentistes à poil apparaissent sur les réseaux sociaux et une vidéo sera même dévoilée lundi 27 avril au soir. Équipés d’une pancarte ou non, souvent cachés par leur fauteuil, ces derniers osent se mettre à nu pour porter un message important qui se doit d’être partagé.

Il faut dire que ces dernières semaines ont révélé de nombreuses failles dans la gestion de la crise sanitaire actuelle. Et ce n’est pas le personnel de cette maison de retraite à Agen qui dira le contraire : dans l’impossibilité de se procurer des masques, ils ont eu l’idée de se protéger en recyclant des soutiens-gorge.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Rendez votre marque créative avec Creapills Lab. Découvrez notre offre d’accompagnement pour les entreprises en quête de créativité dans leur stratégie de communication & marketing. cliquez ici