L’artiste Rodolfo Loaiza détourne les personnages Disney de manière subversive

L’univers féérique de Disney n’a de cesse de fasciner toutes les générations. De nombreux artistes n’hésitent pas d’ailleurs à se le réapproprier à l’image de Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros, qui prend un malin plaisir à détourner les personnages de manière subversive dans un monde aux antipodes des contes de fée.

Ce diplômé en Design Graphique de l’université de LTSUS a toujours été passionné par la peinture, le dessin et la sculpture. Mais il excelle notamment dans la manipulation d’images mettant en lumière des icones pop culture comme en témoigne son projet artistique “Profanity Pop”.

Le créatif mexicain parvient à détourner avec brio les emblématiques personnages de Disney pour aborder des faits de société actuels tels que la drogue, la sexualité, la violence, le blasphème et l’alcool. On découvre ainsi Raiponce et Ariel victimes des plus grands tueurs en série du cinéma, Cendrillon se raser la tête, la méchante reine dans Blanche-Neige se faire des injections de botox et bien plus encore.

On vous laisse découvrir ci-dessous les illustrations intrigantes et provocantes de Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros, à retrouver sur son compte Instagram. Et si vous êtes un fan de Disney, nous vous proposons de (re)découvrir les illustrations de Baptiste Drausin représentant les personnages face à la catastrophe écologique mais aussi les détournements de tableaux célèbres avec des personnages Disney par Carlos Gromo.

Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros
Crédits : Jose Rodolfo Loaiza Ontiveros

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires