Cette mère de famille vend des masques pénis pour une raison bien plus fine qu’elle n’y paraît

Voilà une histoire insolite et assez géniale en cette période particulière qui, même si l’idée de créer des masques avec des pénis dessus vous démoralise, mérite d’être découverte. Car évidemment, ça fait bas de gamme au premier abord, mais vous allez voir que la finalité de la chose est aussi utile que créative.

Tout commence dans l’Utah aux États-Unis où vit Mindy Vincent, une mère de famille, travailleuse sociale et fondatrice de l’association Utah Harm Reduction Coalition (UHRC) qui s’occupe des personnes les plus vulnérables. Comme beaucoup d’entre nous, Mindy est restée abasourdie devant la pénurie de masques qui sévit dans le monde entier. Rapidement, elle décide d’apporter sa pierre à l’édifice en lançant un projet baptisé “Project penis mask”.

Son idée ? Créer des masques de protection contre le coronavirus dont les motifs sont composés de pénis plutôt discrets. Et dans un post qu’elle a partagé sur Facebook, accompagné d’une photo d’elle portant son masque, elle explique pourquoi : “Quand une personne me fait remarquer que j’ai des pénis sur mon masque, c’est qu’elle est déjà trop près de moi et que les distances ne sont pas respectées”. Un détournement créatif de la fameuse distance sociale d’un mètre minimum qu’il faut respecter quand on parle avec quelqu’un afin d’éviter la propagation du virus.

Et ce petit concept créatif a visiblement connu un énorme succès. Sur Facebook, son post (ci-dessus) a été partagé par plus de 415 000 personnes en à peine une semaine, entraînant une énorme demande de ces masques insolites. Devant le phénomène, Mindy a alors eu l’idée de le produire et le commercialiser pour reverser la totalité des bénéfices à l’association qu’elle préside. Vendu 20 dollars, le masque s’est déjà écoulé à 54 000 exemplaires et elle pense pouvoir assurer la production de 15 000 masques supplémentaires.

À l’heure actuelle, la petite idée saugrenue de Mindy a déjà permis de récolter 56 000 dollars pour l’association. Interrogée par le New York Post, elle remercie ceux qui prennent part à cette opération : “C’est incroyable et juste fou. Gérer une association n’est pas facile tous les jours et voir autant de personnes soutenir notre cause du jour au lendemain est juste formidable. Et même si leur engagement n’est amené que par le masque, le résultat final est le même et nous allons pouvoir aider beaucoup de personnes”.

Comme quoi la magie de la créativité et des réseaux sociaux peut parfois être surprenante. Si surprenante que de nombreux internautes ont fait part de leur volonté d’acheter d’autres motifs à connotations sexuelles, se disant séduits par l’idée que cela peut permettre de sensibiliser à la distance sociale avec humour. Aussitôt dit, aussitôt fait, Mindy a déjà dévoilé d’autres masques que vous pourrez découvrir sur le site de son association et en photo ci-dessous.

Crédits : Mindy Vincent
Crédits : Mindy Vincent
Crédits : Mindy Vincent
Crédits : Mindy Vincent
Crédits : Mindy Vincent

834 Shares:
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
trackback

[…] l’explique le site Créapills, le masque a déjà été acheté à 54.000 exemples, à 20 euros l’unité. 15.000 masques […]

Vous aimerez aussi