Restons connectés

Idées

Creapills était présent au TEDx Champs Elysées Education #TEDxCEED

Publié il y a

le

Vous connaissez sûrement les conférences TED, qui ont pour but de mettre en avant les idées qui valent la peine d’être partagées. Alors forcément, quand on parle d’inspiration et d’innovation, on se sent concernés chez Creapills. Le lundi 5 octobre dernier avait lieu la première édition du TEDx Champs Elysées Education, organisée dans un endroit plus que symbolique : l’UNESCO à Paris. Au programme, pas moins de 13 speakers se sont réunis pour discuter de l’avenir de l’éducation, autour de scopes bien différents : la science, le social ou encore la créativité.

Lundi 5 octobre 2015. Malgré la pluie battante ce soir là, plus de 1 300 personnes sont déjà réunies au siège de l’UNESCO dans le VIIème arrondissement de Paris. Un lieu particulièrement bien choisie lorsque l’on connaît l’engagement et les actions en matière d’éducation menées par cette organisation. Il est approximativement 20h30, et la soirée débute par un spectacle de danse mis en place par les enfants des Serruriers Magiques, une association qui vise à permettre aux plus jeunes des quartiers populaires à exprimer leur créativité via des projets artistiques. Une belle introduction en matière qui en dit long sur le sujet des talks.

Catherine Gueguen, pédiatre et enseignante

img_8414

“Toutes les rencontres et les émotions transforment de manière durable le cerveau de l’enfant.”

Catherine Gueguen a donc la lourde tâche d’introniser cette première édition du TEDx Champs Elysées Education. Les neurosciences nous montrent que les expériences affectives et sociales des nourrissons modifient profondément leur cerveau. Catherine Gueguen, pédiatre et enseignante, oeuvre au quotidien pour sensibiliser les parents à l’éducation bienveillante. Sa mission est claire : aider les jeunes parents à mieux comprendre les comportements de l’enfant, et à ainsi adapter leurs réactions, en privilégiant l’empathie et la compréhension à la violence et la colère, qui engendrent très souvent des traumatismes durables chez l’enfant… puis l’adulte. Une belle entrée en matière !

Bruno Bouché, danser à l’Opéra de Paris et chorégraphe

img_8419

“C’est par l’imagination que les enfants expriment leur corps.”

Bruno Bouché est depuis, tout jeune, passionné par les métiers de la danse. Malgré certaines réticences de la part de son entourage, il grandit et construit sa carrière professionnelle autour de sa passion. Aujourd’hui, Bruno Bouché est danseur à l’Opéra de Paris, mais également chorégraphe. L’une de ses missions est d’accompagner les plus jeunes en mettant en avant le pouvoir de l’éducation artistique dans le développement personnel et le vivre ensemble. Pour ce chorégraphe, qui rencontre très souvent des enfants réfractaires à la danse, son art est malgré tout un moyen leur permettant d’exprimer leurs émotions et leurs sentiments à travers leur corps.

Pierre Léna, astrophysicien et membre de l’Académie des Sciences

img_8420

“Nous sommes des nains, des nains montés sur des épaules de géants.”

Astrophysicien et membre de l’Académie des Sciences, Pierre Léna est un homme résolument engagé. Depuis 20 ans, il milite pour donner aux jeunes le goût des sciences. Selon Pierre Léna, la curiosité constitue quelque chose de naturel chez les plus jeunes, qu’il faut à tout prix conserver pour leur aider à adopter un esprit créatif et critique. Avec Georges Charpak et Yves Quéré, Pierre Léna est à l’origine du programme éducatif “La main à la pâte”, qui a pour objectif de réformer l’enseignement des sciences à l’école primaire grâce à une pédagogie d’inversion. Si pour Bruno Bouché l’expression de soi est primordiale pour se contruire, pour Pierre Léna, les sciences sont indétrônables lorsqu’il s’agit d’aider les plus jeunes à se constituer une tête bien faite.

Ramzi Harbi, entrepreneur social

 

img_8421

 

 

“Réussir à l’école, ce n’est pas finir premier, mais trouver sa vocation.”

Ramzi Harbi est un entrepreneur social. Ce dernier a en effe créé “En piste l’artiste !”, une association qui a pour but de créer un lien étroit entre l’éducation, la créativité et le design. Conscient que le système scolaire actuel, et la façon d’enseigner ne peut convenir à tous les enfants (il dénonce notamment le surplus d’information des programmes au détriment d’un enseignement plus personnalisé), Ramzi Harbi développe aujourd’hui des pédagogies alternatives en plaçant l’enfant au centre de l’apprentissage et en se servant du jeu pour cultiver sa curiosité. Pour Ramzi Harbi, la créativité est donc le levier principal qui va influer sur l’éducation de l’enfant.

Carole Huron, psychiatre et chercheur en sciences cognitives

img_8422

“On peut être un enfant en situation de handicap et un élève compétent.”

Caroline Huron est psychiatre et chercheur en sciences cognitives à l’INSERM. Elle est également la présidente de Cartable Fantastique, une association qui vise à aider les enfants handicapés dans leur apprentissage et leur éducation. Caroline Huron a étudié les neurosciences lui permettant de connaître les limites du cerveau d’un enfant en situation de handicap. Elle a ainsi pu développer, avec Cartable Fantastique, un programme adapté lui permettant d’accompagner au mieux la progression de l’enfant, quel que soit son handicap.

Hippolyte Labourdette, adolescent de 15 ans

img_8423

“Il est plus facile de construire des enfants solides que de réparer des adultes brisés.”

Hippolyte Labourdette est un jeune adolescent de 15 ans. Surdoué, il est pourtant en situation d’échec scolaire. L’adolescent nous a livré son témoignage cruel de sa réalité de l’école, qui selon lui, n’est pas assez axée sur l’entraide et le partage. Hippolyte Labourdette a sauté des classes, mais malgré tout, il s’est retiré petit à petit du circuit scolaire car il ne se reconnaît pas dans un système arbitraire et dénué de sentiments. Il garde tout de même espoir en une éducation basée sur des principes d’échange.

Alan Coughlin, professeur d’anglais

img_8424

“Les élèves qui veulent apprendre sont ceux qui ont le moins besoin de nous.”

Alan Coughlin est professeur d’anglais dans un collègue d’éducation prioritaire en Bretagne. Ayant du faire face à des élèves difficiles et réfractaires à l’éducation, Alan Coughlin s’est interrogé sur les façons d’améliorer sa pédagogie pour les intéresser à l’école et à la culture. Sa grande question : comment cultiver la curiosité et lutter contre la nuit ? Alan Coughlin développe donc des pédagogiques innovantes qui font que l’élève devient le propre acteur de son apprentissage. Il compare notamment l’apprentissage à un jeu vidéo d’aventure.

Gaëlle Gaëtane Chapelle, docteur en psycologie et professeur

 

img_8425

“Pour que les élèves apprennent, les enseignants doivent changer de métier.”

Gaëlle Gaëtane Chapelle est docteur en psychologie, et professeur à l’Université de Louvain en Belgique. Sa mission au quotidien : s’interroger sur la place de l’enseignant et son rôle dans l’éducation des enfants. Gaëlle Gaëtane Chapelle remet notamment en cause que le métier de l’enseignant n’évolue pas assez. Selon elle “pour que les élèves apprennent, les enseignants doivent changer de métier”.

Gaele Regnault, entrepreneur scocial

img_8426

“L’école n’est pas un milieu naturel pour tous les élèves.”

Gaele Regnault est maman d’un garçon atteint d’une forme d’autiste. Fortement touchée par sa propre expérience, elle décide de créer en 1992 une entreprise sociale visant à démocratiser l’accès aux meilleures stratégies éducatives pour lutter contre l’exclusion. La mission de Gaele Regnault : intégrer les enfants autistes dans le cycle scolaire et leur permettre d’accéder à un apprentissage adapté à leur cas. Pour cela, elle a développé une pédagogie qui exploite avec pertinence l’usage des nouvelles technologies.

Léa Luciani, chanteuse

img_8427

Petite pause après une belle série de speaks aussi inspirants que variés. Léa Luciani, jeune chanteuse originaire du sud de la France, monte sur scène. Elle commence par nous présenter sa vision de l’éducation, qui selon elle, ne lui aurait jamais permis de franchir les marches lui permettant de faire de sa passion, son métier. Léa Luciani nous a offert une belle reprise du titre “I See Fire” d’Ed Sheeran, accompagnée par Kevin Tournée au piano.

Hocine Youbi, étudiant en relations internationales

img_8430

“La méritocratie existe, mais il ne faut pas l’attente, il faut la provoquer.”

Originaire de la banlieue d’Auxerre, Hocine Youni est né au sein d’une famille d’immigrés marocains. Alors qu’il a grandi et appris dans une zone d’éducation prioritaire, son père a toujours attaché une grande importance à l’école et à l’éducation. Malgré ce que les gens pouvaient prédire de son parcours, du fait de ses origines sociales, Hocine Youbi s’est acharné et a gravi les échelons lui permettant aujourd’hui de faire les études dont il rêve, et de côtoyer l’excellence. Hocine Youbi nous a livré un touchant récit sur son parcours, sur ses valeurs basées sur la méritocratie. Il nous a finalement offert un beau pied de nez à la théorie de reproduction sociale de Bourdieu.

Yann Algan, économiste

img_8431img_8430

“La ténacité est un muscle qui se développe à tout âge.”

Yann Algan est un économiste expert du bien être, qui s’intéresse notamment à l’impact de la confiance sur la croissance et les comportements économiques. Yann Algan nous a livré sa vision du bonheur et de l’épanouissement professionnel, qui passe selon lui par la coopération et la confiance mutuelle. Sa vision place l’école au coeur de l’apprentissage qui doit favoriser le développement des capacités sociales. Ces capacités sociales, comme la ténacité, qui sont, selon lui, à la base de toute réussite.

Hélas, nous n’avons pas pu assister aux deux derniers talks animés par Georges Haddad (mathématicien et président honoraire de l’Université Panthéon Sorbonne) et François Pumir (enseignant à l’HETIC et responsable digital de Wild Touch). Les 11 discours qui nous ont été offerts ont été riches en enseignement, en humilité et finalement, en émotions. Nous remercions toute l’équipe de bénévoles à l’origine de ce premier TEDx Champs Elysées Education, qui a été, pour nous, une franche réussite.

 

    
              
    
Découvrir cette idée
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Idées

Voici comment 2 barres verticales peuvent donner un surprenant effet 3D aux GIFs

Publié il y a

le

Idée détectée par

Depuis quelques temps, une nouvelle tendance émerge sur le web : les GIFs animés à effet 3D. Une illusion qui ne joue qu’avec 2 petites barres verticales pour un effet surprenant !

Depuis quelques années, les GIFs connaissent un regain de popularité sur le web. Ils sont utilisés à toutes les sauces et certains sont devenus de véritables icônes de la culture populaire. On remarque aussi quelques petites innovations dans ce format, notamment celle de créer des GIFs qui simulent un effet 3D. Comment ? Simplement en ajoutant 2 barres verticales, placées à des endroits stratégiques, qui vont donner un effet de profondeur assez impressionnant.

Les personnages, qui apparaissent au départ derrière ces barres blanches franchissent la frontière et créent ainsi ce fameux effet 3D que nous aimons tant. Ces bandes de séparation servent en réalité de marqueurs visuels pour l’arrière plan et le premier plan.

Une fois qu’un élément de l’image passe devant elles (animal, projectile, membre…), votre cerveau identifie automatiquement la scène comme si elle était en trois dimensions. On vous laisse visualiser ci-dessous une série de GIFs qui utilisent avec brio cette technique très astucieuse !

  


Source : mymodernmet.com

Découvrir cette idée

Idées

Cette société chinoise crée des moules… pour les fruits et les légumes

Publié il y a

le

Idée détectée par

En Chine, la société Fruit Mould commercialise des moules pour donner des formes excentriques à vos fruits et légumes. Attention… c’est spécial !

Amis de la Nature et du respect des fruits et légumes, cette société chinoise risque de vous hérisser le poil. Il y a quelques années, Fruit Mould (“moule à fruit” en anglais) s’est inspiré des célèbres pastèques carrées au Japon pour développer une gamme de moules afin de donner aux fruits et aux légumes la forme que vous souhaitez.

Le principe est simple : alors que le fruit est encore jeune, l’agriculteur l’enferme dans un moule. En terminant sa croissance, il va donc progressivement prendre la forme désirée. Parmi les formes, on en retrouve des classiques comme le coeur, l’étoile ou le carré. Mais il existe également des moules plus surprenants pour transformer vos fruits en bouddhas ou encore en têtes de morts (des moules que vous pouvez vous procurer entre 20 et 50 dollars sur le site de la société).

Si le concept est créatif (on sera d’accord sur ce point là) on peut se poser la question évidente de l’utilité de créer de tels légumes. Délire marketing ou tendance culturelle loufoque ? Ces fruits sont pour une partie exportés au Japon où ils sont appréciés. Il faut dire que la culture japonais voue un culte spécial aux fruits et légumes… Certaines spécimens, de melons notamment, peuvent se vendre pour plusieurs milliers de dollars l’unité. On comprend maintenant un peu mieux la naissance de cette surprenante niche !

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould

Crédits : Fruit Mould


Imaginé par : Fruit Mould
Source : mirror.co.uk

Découvrir cette idée

Idées

Ce petit film d’animation mélange boxe et musique classique avec virtuosité

Publié il y a

le

Idée détectée par

En France, 11 étudiants de l’école ISART Digital ont réalisé un superbe court-métrage qui mixe deux univers pourtant si éloignés : la boxe et la musique classique.

Quel lien peut-il bien y avoir entre le monde de la boxe et celui de la musique classique ? Forcément, quand on pose la question comme ça, on n’en trouve pas beaucoup. Pourtant, 11 étudiants français à l’école ISART Digital (cités plus bas) ont réussi l’exploit de mixer ces 2 domaines à travers un étonnant petit film d’animation baptisé “Preston”.

Ce court métrage nous montre une scène absolument improbable où deux boxeurs s’affrontent sous le regard d’un chef d’orchestre qui semble jouer les arbitres. Ce dernier dirige le combat avec ses mouvements, comme il le ferait avec ses musiciens. Mais subitement, le rythme s’emporte et l’un des combattants prend le dessus sur l’autre. La suite, on vous laisse la regarder…

Un court-métrage à la fois étrange et fascinant, dont on apprécie beaucoup la patte graphique, qui nous montre deux univers bien éloignés mais dont la détermination des protagonistes semble pourtant se rejoindre. En fond sonore, on retrouve la célèbre “Rhapsodie Hongroise No.2” de Franz Liszt qui colle parfaitement avec l’ambiance dramatique et violente de l’animation.

Au passage un grand bravo à Gabriel AMAR, Louis DOUCERAIN, Joseph HEU, William MARCERE, Terence TIEUMorgane VAAST (pour la réalisation et la modélisation 3D) ainsi qu’à Dany BLIN, David GUINOT, Laurent KEROMNES, Caroline LAPINTE et Terence TOUSSAINT (pour les effets sonores).

Et si vous aimez les films d’animation, prenez un peu de temps pour découvrir ce court-métrage très mignon du studio Blue Zoo qui met en scène l’épopée d’un avocat courageux.

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital

Crédits : ISART Digital


Imaginé par : ISART Digital
Source : vimeo.com

Découvrir cette idée
Advertisement
Advertisement