Restons connectés

Idées

On a testé la première boutique Sensee : la belle innovation chez les opticiens

Publié il y a

le

Vous connaissez sûrement Marc Simoncini, le fondateur de Meetic et business angel hyperactif avec Jaina. Sa dernière passion ? Bousculer le marché de l’optique avec son nouveau business : Sensee. Sensee est une marque de lunettes 100% fabriquées en France qui veut diviser par deux le prix de l’optique en France. Des lunettes fabriquées directement par Sensee (dans le massif du Jura) où toutes les montures ont le même prix : 49 euros.

Sensee, c’est évidemment un site internet e-commerce. Mais jeudi 5 novembre, nous avons été invités à découvrir la toute première boutique de la marque, rue Rambuteau à Paris. Une belle surprise tant du point de vue esthétique que serviciel. Les montures sont intelligemment classées par sexes et par formes : Ro. pour rondes,Re. pour rectangles, Gr. pour grandes, … Une boutique au design léché qui présente une oeuvre animée et amusante, qui a demandé plus de 50 heures de travail à l’artiste qui l’a réalisée. Cette dernière représente une centaine de branches de lunettes qui tournent avec de multiples engrenages.

Veritable startup innovante, Sensee propose une expérience cross-canal intéressante où les clients peuvent tout au long de leur parcours d’achat faire des aller-retours entre le site et les boutiques. Ils pourront par exemple essayer plusieurs montures en boutique et faire leur choix plus tard, depuis leur canapé, grâce aux photos prises en boutique qu’ils retrouveront sur leur compte client online. L’expérience d’achat quant à elle est digne d’un Apple Store : l’opticien qui s’occupe de vous gère tout depuis sa tablette, vous prend en photo pour régler votre monture etc…

Une belle surprise et une véritable petite révolution dans le monde de l’optique pour tous ceux qui connaissent le prix d’une paire de lunettes et ont déjà testé l’expérience d’achat chez un opticien classique. À suivre de près !

    
              
    
Découvrir cette idée
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Idées

Ce court métrage trash et décalé raconte les origines de la perche à selfie

Publié il y a

le

Idée détectée par

Le cinéaste Evan Silver a eu l’idée de créer un court-métrage insolite et amusant qui raconte les origines surprenantes de la perche à selfie. Âmes sensibles… s’abstenir !

Mais qui a bien pu inventer la perche à selfie ? D’après Wikipédia, il y a un certain flou autour des origines de cet accessoire populaire souvent critiqué pour son usage (un peu) ridicule. La création de la perche à selfie daterait de 2005 avec le dépôt d’un brevet au Canada. Mais certaines sources revendiquent le fait que la perche à selfie aurait été créée dans les années 1980 au Japon. Pour répondre à cette grande interrogation, le cinéaste Evan Silver (qui a notamment travaillé sur des campagnes publicitaires pour MTV, Burger King ou Pizza Hut) a réalisé un court-métrage à la fois trash et amusant.

Le spot met en scène un jeune touriste qui demande de l’aide à un passant pour le prendre en photo sur la plage. Seul problème : la personne chargée de prendre la photo n’est visiblement pas très adroite avec l’usage du smartphone. Des interminables minutes semblent s’écouler et la photo parfaite n’a toujours pas été prise. Le pauvre touriste se met alors à se décomposer : son visage est ensanglanté, il commence à perdre des membres… Finalement, après un dur labeur, le passant parvient à enfin prendre une bonne photo. L’Histoire raconte ensuite que le touriste a eu besoin de six années pour récupérer de cette expérience… et que c’est comme ça qu’il a eu l’idée d’inventer la perche à selfie.

Un court métrage totalement loufoque qui revisite avec humour les origines de la perche à selfie, cet objet sujet à controverses qui fait désormais partie intégrante de notre quotidien. D’ailleurs pour l’anecdote, si l’usage de la perche à selfies est sujet de moqueries en Europe, son utilisation semble très habituelle dans les pays asiatiques.

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver


Imaginé par : Evan Silver
Source : creativity-online.com

 

Découvrir cette idée

Idées

Burger King maltraite ses burgers pour sensibiliser au harcèlement scolaire

Publié il y a

le

Idée détectée par

Pour sensibiliser à la terrible réalité du harcèlement à l’école, Burger King a eu une idée surprenante : maltraiter à son tour ses burgers pour voir la réaction des clients.

Le harcèlement scolaire est une terrible réalité qui mériterait qu’on lui apporte bien plus d’attention. L’association NoBully, qui se bat contre ce fléau, révèle d’ailleurs un chiffre édifiant : 30% des écoliers avouent en avoir déjà été victimes au moins une fois dans leur vie.

Aux États-Unis, Burger King a collaboré avec l’association pour faire changer les mentalités en mettant en place une expérience sociale surprenante dans l’une de ses enseignes. En association avec l’agence David Miami, de jeunes acteurs faisaient mine de maltraiter leur camarade alors que pendant ce temps, les serveurs délivraient aux clients des burgers totalement écrasés, victimes eux-aussi de maltraitance.

Et si vous vous dites que sensibiliser à une cause aussi forte avec un simple burger à 2 dollars est ridicule, regardez le résultat. 95% des clients du restaurant sont allés se plaindre du burger écrasé… alors que seulement 12% ont intervenu pour défendre l’adolescent maltraité. Une puissante mise en évidence du poids de l’égoïsme dans la société face à des actes que tout le monde condamne…

Une prise parole pertinente, intelligente (bien qu’insolite) et qui tranche totalement avec ce que Burger King peut nous offrir d’habitude en matière d’opérations de communication. Si la marque a su jusqu’alors nous amuser et nous surprendre avec des initiatives totalement loufoques, elle montre ici qu’elle peut également se montrer légitime lorsqu’il s’agit de défendre une cause qui devrait tous nous concerner… et on ne parle bien évidemment pas des burgers maltraités.

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King


Imaginé par : Burger King et David Miami
Source : adweek.com

Découvrir cette idée

Idées

Ce packaging de noisettes est un amusant clin d’oeil aux nids des écureuils

Publié il y a

le

Idée détectée par

L’agence arménienne Backbone Design a imaginé un joli concept de packaging pour fruits secs en forme de tronc d’arbre… qui offre un petit clin d’oeil à nos amis les écureuils.

Parfois, il n’est pas nécessaire de créer une campagne de communication complexe et coûteuse pour faire la promotion de votre produit. Un simple packaging créatif et malin peut suffire à le faire connaître et à se démarquer de la concurrence. La preuve avec cette réalisation de l’agence arménienne Backbone Branding pour la marque de fruits secs Pchak.

L’idée : créer un packaging qui donne l’illusion d’être un trou d’arbre… en référence aux trous dans lesquels les écureuils vivent et cachent leurs réserves de noix et noisettes pour subsister en hiver. Une idée d’autant plus amusante que “Pchak” signifie “Creux” en arménien et qu’en superposant plusieurs boîtes, on a alors l’impression d’avoir un vrai tronc d’arbre en face de soi.

Le message, vous l’avez compris, est extrêmement clair : la marque souhaite souligner ici le côté naturel de ses produits qui est illustré par l’atmosphère du packaging qui rend directement hommage aux animaux. L’idée est maligne et a d’ailleurs valu à l’agence de remporter la compétition de packagings Pentawards 2017.

Et pour rester sur la thématique du packaging, nous vous proposons de découvrir ce très bon concept de bouteille de lait en forme de vache.


Imaginé par : Backbone Branding
Source : lacriaturacreativa.com

 

Découvrir cette idée
Advertisement
Advertisement