Le 4 septembre 2015, la photo du petit Aylan faisait la Une de tous les journaux à travers le monde. Ce petit garçon, retrouvé mort et noyé sur une plage en Turquie après le naufrage de l’embarcation qui devait l’emmener en Grèce, a provoqué une véritable onde de choc médiatique. Une simple photographie, qui n’était finalement que le reflet du triste quotidien de milliers de personnes à travers le monde, a ouvert les yeux des populations sur un vrai problème de nos sociétés modernes : la crise des réfugiés.

Le rôle de la publicité dans la crise des réfugiés

La photo du petit Aylan Kurdi qui a suscité une forte réaction des médias et de l’opinion publique.

L’accumulation des tragédies et des guerres dans le Moyen-Orient ont engendré une vague migratoire sans précédent en Europe. En 2015, on comptait en effet 53 millions de migrants dans le monde. Selon le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés (HCR), le nombre de migrants dans le monde a explosé en un demi-siècle. À titre d’exemple, ils n’étaient “que” 2 millions dans les années 1950 à vouloir quitter leur pays. Aujourd’hui, ce chiffre a été multiplié par plus de 25.

Le rôle de la publicité

La crise des migrants est un problème qui concerne en premier lieu les gouvernements des pays concernés, et de l’Europe. Loin de nous l’idée de se lancer dans un débat sur le devoir d’accueillir ou non les populations appauvries et endeuillées. Mais il existe malgré tout un problème auxquels les gouvernements ne parviennent pas à répondre dans la synergie la plus totale : la question de la solidarité.

Le rôle de la publicité dans la crise des réfugiés

Les selfies que personne ne veut voir sur Instagram. Une campagne print contre l’horreur de la guerre vécue par les enfants.

Devons-nous rester de marbre et continuer notre train-train quotidien quand des milliers de personnes subissent les conséquences de la guerre de l’autre côté de la Méditerranée ? Et si c’était nous, ces familles qui tentent de fuir leur pays pour connaître une vie meilleure ?

[mks_pullquote align=”right” width=”280″ size=”18″ bg_color=”#ffd857″ txt_color=”#ffffff”]La publicité a un rôle de justice et de solidarité dans cette crise qui nous concerne tous.[/mks_pullquote]C’est justement le rôle de la publicité et de la communication de manière générale. Ouvrir les yeux sur cette réalité de la guerre que nous ne percevons pas forcément au quotidien à travers les médias. Le rôle premier et “basique” de la publicité est de mettre sous le feu des projecteurs un (bon) produit pour finalement mieux le vendre. Mais on est en 2017, et on sait que la publicité aujourd’hui va bien plus loin. On assiste en effet à une émergence de spots de sensibilisation très réussis, qui jouent sur les émotions avec une grande justesse. De véritables courts-métrages dignes du monde du cinéma qui savent touchent le spectateur au plus profond de lui, en mettant en scène des enfants par exemple. C’est en ce sens que la publicité a un rôle à jouer dans cette crise : mettre en avant tout le talent créatif des publicitaires pour sensibiliser aux conditions de vie des réfugiés et récolter des dons. La publicité a un rôle de justice et de solidarité dans cette crise qui nous concerne tous.

Des spots toujours plus puissants

L’un des meilleurs moyens de toucher la “masse” reste le spot publicitaire. Partagé massivement sur les réseaux sociaux et sur le web, il aura une viralité d’autant plus forte si le message est puissant. L’un des meilleurs exemplaires pour le sujet que nous développons aujourd’hui est étrangement un spot pub amateur réalisé par Christian Schilling, un étudiant allemand de la Filmakademie Baden-Wurttemberg. Ce spot publicitaire pour l’UNICEF est faux, mais il aurait bien pu être vrai tellement son message est puissant. Il met en scène une jeune maman dans un pays en guerre qui se retrouve face à sa fille, qui meurt malheureusement sous l’explosion d’une grenade. La grenade est ici symbolisée par une pomme en référence au conte féérique Blanche-Neige. Une manière choc et créative de symboliser cette innocence que les enfants perdent lorsqu’ils vivent dans les zones de guerre.

Un autre spot extrêmement puissant est celui de l’association Casa Votra en Espagne. Réalisé par l’agence Vimema à l’occasion des fêtes de fin d’année, ce spot met en opposition une famille tout à fait classique à une famille de réfugiés. On peut y voir une jeune maman et son bébé en train de célébrer Noël au pied d’un sapin, quand tout à coup, l’eau rentre dans le domicile et des hommes viennent arracher l’enfant. Encore une fois, on joue ici sur la métaphore et la culpabilité pour nous faire réaliser que cette famille qui vit la guerre et l’exil n’est finalement pas si éloignée de nous.

L’art plus fort que la guerre ?

En plus des spots publicitaires, les installations artistiques ont aussi un message fort à passer. Au delà du simple aspect esthétique et visuel, ces installations sont symboliques et peuvent également apporter leur pierre à l’édifice en matière de symbolisation. On pense notamment à l’oeuvre de l’artiste Ai Weiwei à Berlin. Ce dernier a créé une oeuvre éphémère en accrochant 14 000 gilets de sauvetage au Parlement de la capitale allemande. Une façon forte d’ouvrir les yeux et d’éveiller les consciences au sujet de ces familles qui tentent de fuir la guerre dans leur pays et qui risquent leur vie en traversant la mer.

Le rôle de la publicité dans la crise des réfugiés

14 000 gilets accrochés à un monument de Berlin en hommage aux réfugiés

Dans la même idée, on retiendra également l’initiative brillante de Greenpeace et Médecins Sans Frontières. Sur l’île de Lesbos en Grèce, ces associations ont eu l’idée de recréer le symbole de la paix en utilisant des gilets de sauvetage. Une nouvelle initiative qui vient prouver que le gilet de sauvetage est un symbole fort utilisé en communication pour illustrer cette crise des réfugiés.

Le rôle de la publicité dans la crise des réfugiés

Le symbole de la paix reconstitué avec 3000 gilets de sauvetage de migrants

La publicité face à l’incapacité des gouvernements

Suite à tous ces exemples, il est évident de constater que la communication et la publicité ont un rôle à jouer dans la crise des réfugiés, comme dans la plupart des sujets de société d’ailleurs. Ici, le besoin est d’autant plus important que les enjeux de cette crise sont forts, et qu’on fait face à une incapacité croissante des gouvernements à la gérer.

Si les gouvernements et les Nations Unies n’arrivent pas à s’entendre sur une solution cohérente pour gérer les réfugiés dans le respect de la personne, la publicité peut apporter, avec ses moyens, un éveil des consciences et une vraie ambition de changer les choses.

Vous aimerez aussi

Plus d’idées dans Les idées