Restons connectés

Idées

Gillette rase le visage d’un homme sur un affichage géant

Publié il y a

le

Certaines marques font des affiches 4×3, d’autres peignent des immeubles entiers … et les rasent. Pour promouvoir ses produits, Gillette a fait peindre le visage d’un homme sur un immeuble et, pendant plusieurs jours, a fait évoluer la peinture en fonction de la poussée de la barbe d’un homme. Puis, la barbe fut rasée, sous les yeux interloqués des passants.

Via boldworldwide.com

    
              
    
Découvrir cette idée
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Idées

Cette pieuvre géante a été conçue pour développer l’écosystème marin

Publié il y a

le

Idée détectée par

“BVI Art Reef” est un projet étonnant visant à développer le récif corallien à partir d’une sculpture géante de pieuvre en métal, coulée au fond de l’eau.

Toutes les oeuvres artistiques ne sont pas seulement belles. Certaines peuvent aussi avoir une dimension utile et écologique non négligeable. On se souvient par exemple de cette idée de Greenpeace qui avait créé de toutes pièces une baleine factice échouée sur une plage et entièrement remplie de plastique pour sensibiliser à la pollution des mers. Mais aujourd’hui, cap sur les Îles Vierges Britanniques pour découvrir une initiative toute aussi surprenante baptisée “BVI Art Reef”.

Derrière ce projet qui a vu le jour en avril 2017, plusieurs acteurs se sont mobilisés pour créer un récif corallien entièrement artificiel : le photographe anglais Owen Buggy, les organisations Unite BVI, Maverick1000 et Beneath the Waves, le collectif d’artistes Secret Samurai Productions et aussi le milliardaire Richard Branson. Cette surprenante création prend la forme d’une sculpture de pieuvre géante posée sur un vieux bateau abandonné. Un monstre marin entièrement composé de métal et de grillage qui a été coulé pour de bonnes raisons…

Au delà de l’aspect esthétique et imposant de l’oeuvre, elle a surtout un objectif écologique très important : créer un nouvel écosystème corallien qui va attirer, en peu de temps, une myriade d’animaux marins qui vont y trouver refuge. Quant au choix de la pieuvre géante, il fait bien sûr référence au Kraken, cette terrible créature mythologique qui effrayait les marins en engloutissant les bateaux sur leur passage. Une très belle initiative qui prouve, une fois de plus, que l’art peut aller bien plus loin que le simple stade de la sensibilisation : il peut directement agir en faveur d’une bonne cause.

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef

Crédits : BVI Art Reef


Imaginé par : Owen Buggy, Unite BVI, Maverick1000, Beneath the Waves et Secret Samurai Productions
Source : boredpanda.com

Découvrir cette idée

Idées

Ce court métrage trash et décalé raconte les origines de la perche à selfie

Publié il y a

le

Idée détectée par

Le cinéaste Evan Silver a eu l’idée de créer un court-métrage insolite et amusant qui raconte les origines surprenantes de la perche à selfie. Âmes sensibles… s’abstenir !

Mais qui a bien pu inventer la perche à selfie ? D’après Wikipédia, il y a un certain flou autour des origines de cet accessoire populaire souvent critiqué pour son usage (un peu) ridicule. La création de la perche à selfie daterait de 2005 avec le dépôt d’un brevet au Canada. Mais certaines sources revendiquent le fait que la perche à selfie aurait été créée dans les années 1980 au Japon. Pour répondre à cette grande interrogation, le cinéaste Evan Silver (qui a notamment travaillé sur des campagnes publicitaires pour MTV, Burger King ou Pizza Hut) a réalisé un court-métrage à la fois trash et amusant.

Le spot met en scène un jeune touriste qui demande de l’aide à un passant pour le prendre en photo sur la plage. Seul problème : la personne chargée de prendre la photo n’est visiblement pas très adroite avec l’usage du smartphone. Des interminables minutes semblent s’écouler et la photo parfaite n’a toujours pas été prise. Le pauvre touriste se met alors à se décomposer : son visage est ensanglanté, il commence à perdre des membres… Finalement, après un dur labeur, le passant parvient à enfin prendre une bonne photo. L’Histoire raconte ensuite que le touriste a eu besoin de six années pour récupérer de cette expérience… et que c’est comme ça qu’il a eu l’idée d’inventer la perche à selfie.

Un court métrage totalement loufoque qui revisite avec humour les origines de la perche à selfie, cet objet sujet à controverses qui fait désormais partie intégrante de notre quotidien. D’ailleurs pour l’anecdote, si l’usage de la perche à selfies est sujet de moqueries en Europe, son utilisation semble très habituelle dans les pays asiatiques.

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver


Imaginé par : Evan Silver
Source : creativity-online.com

 

Découvrir cette idée

Idées

Burger King maltraite ses burgers pour sensibiliser au harcèlement scolaire

Publié il y a

le

Idée détectée par

Pour sensibiliser à la terrible réalité du harcèlement à l’école, Burger King a eu une idée surprenante : maltraiter à son tour ses burgers pour voir la réaction des clients.

Le harcèlement scolaire est une terrible réalité qui mériterait qu’on lui apporte bien plus d’attention. L’association NoBully, qui se bat contre ce fléau, révèle d’ailleurs un chiffre édifiant : 30% des écoliers avouent en avoir déjà été victimes au moins une fois dans leur vie.

Aux États-Unis, Burger King a collaboré avec l’association pour faire changer les mentalités en mettant en place une expérience sociale surprenante dans l’une de ses enseignes. En association avec l’agence David Miami, de jeunes acteurs faisaient mine de maltraiter leur camarade alors que pendant ce temps, les serveurs délivraient aux clients des burgers totalement écrasés, victimes eux-aussi de maltraitance.

Et si vous vous dites que sensibiliser à une cause aussi forte avec un simple burger à 2 dollars est ridicule, regardez le résultat. 95% des clients du restaurant sont allés se plaindre du burger écrasé… alors que seulement 12% ont intervenu pour défendre l’adolescent maltraité. Une puissante mise en évidence du poids de l’égoïsme dans la société face à des actes que tout le monde condamne…

Une prise parole pertinente, intelligente (bien qu’insolite) et qui tranche totalement avec ce que Burger King peut nous offrir d’habitude en matière d’opérations de communication. Si la marque a su jusqu’alors nous amuser et nous surprendre avec des initiatives totalement loufoques, elle montre ici qu’elle peut également se montrer légitime lorsqu’il s’agit de défendre une cause qui devrait tous nous concerner… et on ne parle bien évidemment pas des burgers maltraités.

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King


Imaginé par : Burger King et David Miami
Source : adweek.com

Découvrir cette idée
Advertisement
Advertisement