Restons connectés

Idées

Des étudiants transforment le bouton “Skip Ad” en dons sur YouTube

Publié il y a

le

Qui n’a jamais maudit YouTube devant le défilement d’une publicité avant de pouvoir regarder votre vidéo ? Tout le monde en a déjà fait l’expérience et nous avons tous le même réflexe : appuyez sur le bouton “Skip Ad” (Passer la publicité) pour éviter la séquence réclam’. Partant de ce constat, Himanish Ashar et Sonica Baptist, 2 étudiants indiens de la Miami Ad School, ont imaginé un dispositif intelligent qui permettrait peut être d’améliorer un peu le monde.

L’idée ? Rajouter un bouton vert “Watch do donate” au dessus du bouton “Skip Ad” permettant aux internautes de donner 0,01 centimes à condition de regarder la publicité en entier. Un montant directement tiré des recettes publicitaires et qui peut paraître ridicule au premier abord ; mais qui prend tout son sens devant les milliards de vidéos YouTube qui sont visionnées chaque jour dans le monde. Une idée “marketing” pour augmenter les donations qui force le respect tant elle peut être facilement mise en place par le leader de la vidéo en ligne. D’un point de vue créatif, le concept n’est pas nouveau. On vous parlait il y a quelques temps de Goodeed qui propose la même chose mais sur sa propre plateforme. Mais évidemment, derrière l’utopie d’une si belle idée il existe des réalités qui rendent le développement de “Watch for Nepal” quasi-impossible. En tout cas, l’intérêt d’une telle initiative pour les associations en recherche active de fonds est, on l’imagine, énorme !

Via vimeo.com

    
              
    
Découvrir cette idée
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Idées

Ce court métrage trash et décalé raconte les origines de la perche à selfie

Publié il y a

le

Idée détectée par

Le cinéaste Evan Silver a eu l’idée de créer un court-métrage insolite et amusant qui raconte les origines surprenantes de la perche à selfie. Âmes sensibles… s’abstenir !

Mais qui a bien pu inventer la perche à selfie ? D’après Wikipédia, il y a un certain flou autour des origines de cet accessoire populaire souvent critiqué pour son usage (un peu) ridicule. La création de la perche à selfie daterait de 2005 avec le dépôt d’un brevet au Canada. Mais certaines sources revendiquent le fait que la perche à selfie aurait été créée dans les années 1980 au Japon. Pour répondre à cette grande interrogation, le cinéaste Evan Silver (qui a notamment travaillé sur des campagnes publicitaires pour MTV, Burger King ou Pizza Hut) a réalisé un court-métrage à la fois trash et amusant.

Le spot met en scène un jeune touriste qui demande de l’aide à un passant pour le prendre en photo sur la plage. Seul problème : la personne chargée de prendre la photo n’est visiblement pas très adroite avec l’usage du smartphone. Des interminables minutes semblent s’écouler et la photo parfaite n’a toujours pas été prise. Le pauvre touriste se met alors à se décomposer : son visage est ensanglanté, il commence à perdre des membres… Finalement, après un dur labeur, le passant parvient à enfin prendre une bonne photo. L’Histoire raconte ensuite que le touriste a eu besoin de six années pour récupérer de cette expérience… et que c’est comme ça qu’il a eu l’idée d’inventer la perche à selfie.

Un court métrage totalement loufoque qui revisite avec humour les origines de la perche à selfie, cet objet sujet à controverses qui fait désormais partie intégrante de notre quotidien. D’ailleurs pour l’anecdote, si l’usage de la perche à selfies est sujet de moqueries en Europe, son utilisation semble très habituelle dans les pays asiatiques.

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver

Crédits : Evan Silver


Imaginé par : Evan Silver
Source : creativity-online.com

 

Découvrir cette idée

Idées

Burger King maltraite ses burgers pour sensibiliser au harcèlement scolaire

Publié il y a

le

Idée détectée par

Pour sensibiliser à la terrible réalité du harcèlement à l’école, Burger King a eu une idée surprenante : maltraiter à son tour ses burgers pour voir la réaction des clients.

Le harcèlement scolaire est une terrible réalité qui mériterait qu’on lui apporte bien plus d’attention. L’association NoBully, qui se bat contre ce fléau, révèle d’ailleurs un chiffre édifiant : 30% des écoliers avouent en avoir déjà été victimes au moins une fois dans leur vie.

Aux États-Unis, Burger King a collaboré avec l’association pour faire changer les mentalités en mettant en place une expérience sociale surprenante dans l’une de ses enseignes. En association avec l’agence David Miami, de jeunes acteurs faisaient mine de maltraiter leur camarade alors que pendant ce temps, les serveurs délivraient aux clients des burgers totalement écrasés, victimes eux-aussi de maltraitance.

Et si vous vous dites que sensibiliser à une cause aussi forte avec un simple burger à 2 dollars est ridicule, regardez le résultat. 95% des clients du restaurant sont allés se plaindre du burger écrasé… alors que seulement 12% ont intervenu pour défendre l’adolescent maltraité. Une puissante mise en évidence du poids de l’égoïsme dans la société face à des actes que tout le monde condamne…

Une prise parole pertinente, intelligente (bien qu’insolite) et qui tranche totalement avec ce que Burger King peut nous offrir d’habitude en matière d’opérations de communication. Si la marque a su jusqu’alors nous amuser et nous surprendre avec des initiatives totalement loufoques, elle montre ici qu’elle peut également se montrer légitime lorsqu’il s’agit de défendre une cause qui devrait tous nous concerner… et on ne parle bien évidemment pas des burgers maltraités.

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King

Crédits : Burger King


Imaginé par : Burger King et David Miami
Source : adweek.com

Découvrir cette idée

Idées

Ce packaging de noisettes est un amusant clin d’oeil aux nids des écureuils

Publié il y a

le

Idée détectée par

L’agence arménienne Backbone Design a imaginé un joli concept de packaging pour fruits secs en forme de tronc d’arbre… qui offre un petit clin d’oeil à nos amis les écureuils.

Parfois, il n’est pas nécessaire de créer une campagne de communication complexe et coûteuse pour faire la promotion de votre produit. Un simple packaging créatif et malin peut suffire à le faire connaître et à se démarquer de la concurrence. La preuve avec cette réalisation de l’agence arménienne Backbone Branding pour la marque de fruits secs Pchak.

L’idée : créer un packaging qui donne l’illusion d’être un trou d’arbre… en référence aux trous dans lesquels les écureuils vivent et cachent leurs réserves de noix et noisettes pour subsister en hiver. Une idée d’autant plus amusante que “Pchak” signifie “Creux” en arménien et qu’en superposant plusieurs boîtes, on a alors l’impression d’avoir un vrai tronc d’arbre en face de soi.

Le message, vous l’avez compris, est extrêmement clair : la marque souhaite souligner ici le côté naturel de ses produits qui est illustré par l’atmosphère du packaging qui rend directement hommage aux animaux. L’idée est maligne et a d’ailleurs valu à l’agence de remporter la compétition de packagings Pentawards 2017.

Et pour rester sur la thématique du packaging, nous vous proposons de découvrir ce très bon concept de bouteille de lait en forme de vache.


Imaginé par : Backbone Branding
Source : lacriaturacreativa.com

 

Découvrir cette idée
Advertisement
Advertisement